Une forme un peu plus originale pour un nouvel article de bloggueur. Le sieur n'ayant voulu prêter sa plume, il s'est livré au jeu des questions et je me suis imaginée journaliste people pendant quelques minutes fort instructives. J'ai beaucoup apprécié en fait même .. Pourquoi ne pas retenter .. en tout cas je le laisse se livrer ! La longueur de l'interview est telle qu'elle sera livrée en deux fois, ce dimanche et le dimanche suivant c'est à dire le 29.

--------------------

1. Qui es-tu ?

Je suis Bouc & Moustache, 31 ans, paumé, blessé, mais ni malheureux, ni victime, j’essaie de me remettre d'une belle claque sentimentale... depuis, je cherche ma voie... elle est bien encombrée et la richesse des carrefours rend bien difficile la sortie de ce labyrinthe, autrement appelé "période de transition" : rencontres, plaisirs et désillusions...

2. Qui suis-je ?

Tu es Jade, connue pour emmêler désir de l’homme, y compris charnel… et chasteté… Bon courage !

Tu es aussi, une jeune femme charmante, attentive, attentionnée, de bon conseil (si si, même si on ne les suit pas toujours)… bref une femme bien.

3. Pourquoi avoir choisi la pilosité comme accroche de ton blog ?

Si ça t’a marqué, c’est que c’est original… c’était le but.

4. Le mot dragueur qui t’est si souvent attribué te gêne manifestement. Pourquoi ? est-ce parce qu’il te met face à une réalité que tu refuses ? une image de toi que tu n’assumes pas ?

Il y a des images de moi que je mets du temps à assumer et comme dirait Luke à Darth Vader : « I fell the good in you, the conflict ». J’ai mis du temps à accepter ma féminité et depuis ma masculinité est devenue redoutable, il faut qu’elle aussi je l’accepte.

Pour le reste, le mot « dragueur » recouvre plusieurs sens ou interprétations, je garde la péjorative et je ne m’y reconnais pas, j’y mets toujours la notion de piège et de mensonge pour arriver à ses fins. Je me vois davantage comme un charmeur, un séducteur… ma démarche est toujours sincère.

5. Toutes ces femmes, ça fait très tableau de chasse, si tu devais être chasseur, que chasserais-tu ?

Ce n’est pas un tableau de chasse, c’est juste un fil de rencontres, je ne suis pas un collectionneur. Je suis donc un mauvais chasseur, j’essaie d’attraper le bonheur… parfois j’y arrive, mais souvent il s’échappe.

6. Pourrai-tu écrire un blog sans trame mélodramatique ?

Etant donné que les billets roses auxquels tu fais référence ne représentent que deux billets sur cinq… je crois le faire.

7. Tu as rencontré plusieurs bloggueurs / bloggueuses. Quel ressenti en général ? Finalement cette communauté tu en penses quoi ?

C’est un grand mélange de générosité et de cruauté. On y retrouve beaucoup de rumeurs et de mensonges. Comme le blog n’est jamais représentatif de ce que l’on est vraiment (il est par exemple si facile d’avoir l’air heureux quand on ne l’est pas), on laisse, nécessairement une grande place à l’interprétation. J’ai du mal à me reconnaître dans beaucoup d’aspects mais je n’ai pas non plus l’âge moyen du bloggueur, ma maturité a son propre parcours.  J’aurai donc du mal à appeler ça une communauté, pour autant, je n’ai pas de regrets, j’ai fait de très belles rencontres, mêmes amicales, que je n’oublierai jamais, certaines comptent parmi les plus belles pages d’amitié et d’amour de ma vie… je vois le blog et la blogosphère comme une étape de vie.

8. Tu as distingué trois types de sexe : sexe amical, amoureux et plan cul. Lequel te rassure le plus ? lequel recherches-tu vraiment ?

Celui que je cherche est l’amoureux même s’il me fait encore peur aujourd’hui. Il exige don, engagement et confiance… j’ai toujours du mal à m’exposer de nouveau.

9. A une de mes questions tu as répondu un jour que tu voulais voir écrit sur ton épitaphe « il est devenu heureux le jour où il a compris qu’il n’était qu’un homme comme les autres ». Mégalo ?

Justement non ! Il faut apprendre à vivre parmi les hommes, avec une part d’anonymat et une part ouverte sur ses proches.

10. Vouloir écouter c’est vouloir s’écouter. Qu’as-tu à te dire ?

Que je me parle beaucoup trop à moi-même et que pourtant je ne m’écoute pas assez… ou alors bien mal.

11. Le blog t’a permis de faire de belles rencontres. Combien ont fini dans ton lit ?

Dans mon lit ?

Voilà une question bien caricaturale ! Disons une demi-douzaine, mais cela n’a guère de pertinence, étant donné qu’elles sont elles même quasiment toutes bloggueuses. Par ailleurs, c’est à chaque fois une histoire différente, le chiffre n’a donc que peu de sens.

Dans mon cœur ? Une

12. Une femme qui se refuse à toi. Qu’est-ce que tu te dis ?

Que je ne suis pas son genre ! C’est aussi pour cette même raison que je me refuse à certaines.

13. Une bonne soirée en charmante compagnie tu y mets quels éléments ?

Un regard, un sourire, de la complicité… du bonheur.

------------------

Et voilà la première partie est finie. La suite la semaine prochaine.